Notre-Dame de Paris brule.

      « Tous les yeux s’étaient levés vers le haut de l’église. Ce qu’ils voyaient était extraordinaire. Sur le sommet de la galerie la plus élevée, plus haut que la rosace centrale, il y avait une grande flamme qui montait entre les deux clochers avec des tourbillons d’étincelles, une grande flamme désordonnée et furieuse dont le vent emportait par moments un lambeau dans la fumée. Au-dessous de cette flamme, au-dessous de la sombre balustrade à trèfles de braise, deux gouttières en gueules de monstres vomissaient sans relâche cette pluie ardente qui détachait son ruissellement argenté sur les ténèbres de la façade inférieure. 
À mesure qu’ils approchaient du sol, les deux jets de plomb liquide s’élargissaient en gerbes, comme l’eau D4Nys1AWsAE1Y3fqui jaillit des mille trous de l’arrosoir. Au-dessus de la flamme, les énormes tours, de chacune desquelles on voyait deux faces crues et tranchées, l’une toute noire, l’autre toute rouge, semblaient plus grandes encore de toute l’immensité de l’ombre qu’elles projetaient jusque dans le ciel. Leurs innombrables sculptures de diables et de dragons prenaient un aspect lugubre. La clarté inquiète de la flamme les faisait remuer à l’œil. Il y avait des guivres qui avaient l’air de rire, des gargouilles qu’on croyait entendre japper, des salamandres qui soufflaient dans le feu, des tarasques qui éternuaient dans la fumée. Et parmi ces monstres ainsi réveillés de leur sommeil de pierre par cette flamme, par ce bruit, il y en avait un qui marchait et qu’on voyait de temps en temps passer sur le front ardent du bûcher comme une chauve-souris devant une chandelle. »      Victor Hugo « Notre-Dame de Paris (1831)

Une réflexion au sujet de « Notre-Dame de Paris brule. »

  1. Comment ne pas avoir les larmes aux yeux devant un tel sinistre, au-delà des deuils qui ne guériront jamais… Notre-Dame en flammes, un élan de générosité jamais constaté s’est manifesté, alors que combien d’entre nous passons, indifférents, ou avec un petit pincement au cœur, devant le pauvre bougre assis dans une rue d’Auxerre (!) sans déposer la moindre obole dans son béret ni même lui proposer un casse-croûte bienvenu…
    La contradiction de l’être humain ou inhumain, au choix…
    Hasard ou coïncidence, j’ai fini la (re)lecture de Notre-Dame de Paris de Victor Hugo, voici quelques jours !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.