Migrants et Gaulois

Migrants économiques, migrants réfugiés politiques, cette frontière entre les deux catégories s’estompe dans de nombreux pays d’Europe. Des migrants, notamment les pays de l’Est n’en veulent plus, d’autres, l’Italie, la Grèce n’en peuvent plus de les accueillir.

La France n’en souhaite, pas beaucoup. Pour les Syriens, la France  1,51 réfugié pour 10 000 habitants alors que l’Allemagne compte 74 réfugiés pour 10 000 habitants, d’après le journal Le Monde. Mais plus d’Africains que cela choisissent notre pays.

Les migrants
Migrants sous nos yeux.

Les Gaulois – on comprendra qui sont désignés – quand ils s’expriment au café du commerce, quelque soit leur bord politique, déplorent le sort de ces étrangers qui ont couru de grands dangers, vivent chez nous souvent dans une précarité évidente, et en même temps, ne souhaitent pas forcément les avoir près d’eux.

Les Gaulois pourtant, se rappellent que dans un temps lointain, les immigrés nous allions les chercher pour travailler dans nos entreprises …

Plus près de nous, on dit d’ailleurs que des filières se seraient organisées, à partir de l’Afrique notamment de l’Ouest, avec ses nécessaires ramifications en France, jusque chez nous. Si c’est le cas, comme c’est vraisemblable, en avait on bien pris la mesure pour lutter contre ?

Pour certains Gaulois, l’immigration serait cause de beaucoup de maux, insécurité, coût social, chômage.

Sur le chômage, rien n’est moins sur. Une enquête de Pôle Emploi révèle que dans l’Yonne 8400 postes sont disponibles, mais ne trouvent pas preneurs. Et encore on précise que seulement 30 % des entreprises ont répondu à l’enquête, et donc que ce chiffre est bien plus élevé.

Les immigrés quand on met sur eux un visage, c’est plus difficile de vouloir les repousser, même si au fond de nous la tentation existe.

On se souviendra de Luc un réfugié venant de République « Démocratique » du Congo qui, pourtant en danger ne s’est pas vu reconnaître le statut de réfugié politique. Il a disparu des radars mais j’ai le souvenir d’un type bien, sympathique, courageux, intelligent, très attaché à sa famille. On ne voulait pas de lui et pourtant en mesure de se former, il aurait pu, non seulement ne pas être une charge, mais apporter un concours économique. Nous en avions beaucoup parlé sur ce site, mais depuis nous n’avons plus de nouvelle de lui.

Il restera un des exemples qui ébranlent un peu nos convictions intimes, à nous les Gaulois, que notre pays ne devrait, ou ne pourrait, plus être une terre d’accueil.

Une réflexion au sujet de « Migrants et Gaulois »

  1. La question de l’immigration est très complexe mais il y a des éléments très clairs aussi. Ceux qui sont bien accueillis nous rendent largement ce que la France leur offre. Avez-vous remarqué l’énergie et l’enthousiasme qu’ils ont ? Ils se sont construits dans l’adversité et développent une forte volonté. Encore faut-il leur permettre de travailler. .Une étude économique publiée dans l’Yonne Républicaine cette semaine est éloquente.
    Par contre je m’inquiète de ceux que nous rejetons avec leurs enfants … Quel avenir pour eux ,mais aussi combien de futurs conflits, de haines parfois, aurons-nous nourris? Juste par peur… Mais les Gaulois ne craignent qu’une chose non? Que le ciel ne leur tombe sur la tête!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *