police et gendarmerie, défendons les.

Un gardien de la paix a mis fin à ses jours dans les toilettes du tribunal de grande instance de Bobigny.

Un gardien de la paix a mis fin à ses jours dans les toilettes du tribunal de grande instance de Bobigny. Il s’agit du 53e suicide dans les rangs de la police cette année.
« Nous ne sommes pas des matricules » disent-ils. Non, ce sont des femmes et des hommes qui sont, filles, fils, mères ou pères méritant la considération des Français et non le bashing dont ils sont souvent victimes. Les dérapages existent et doivent être sanctionnés, mais imaginons ce qui se passerait sans maintien de l’ordre pour la sécurité de chacun. Les conditions dans lesquelles ils exercent sont surtout pour la police déplorables la plupart du temps.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.