La violence condamnable.

La violence pour objectif.

Nous tombons dans l’irrationnel, que la colère  soit justifiée pour certains, et prétexte à la violence pour d’autres.

« c’est honteux, Macron alors que l’on est dans la merde a déjeuné lundi chez un grand chef étoilé », phrase entendue dans la bouche d’un brave type qui la répète à l’envie. Sauf que Macron, justement lundi, déjeunait à la cantine d’une caserne de CRS.

La télévision relaye inlassablement des déclarations, entendables souvent, mais pour beaucoup inadmissibles  quand des gens, totalement ignorants des réalités sociales et économiques, viennent parader devant la caméra en se trompant de discours, comme par exemple qu’ils ne veulent pas de représentant.

La violence doit céder la place au calme.

« Vivre l’Yonne » est une association familiale. Si elle est concernée par  la politique familiale, c’est à dire au sort de nos concitoyens, elle se tient à l’écart de la politique politicienne.

gjmanif
« Nul ne peut être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l’ordre public établi par la loi » (article 10 – Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789).

Mais quand des personnes sont blessées ou tuée (une seule à aujourd’hui), notre association  appelle à la responsabilité de chacun devant la désinformation qui produit des effets dommageables dans l’esprit de personnes qui ne demandent d’ailleurs que cela pour servir leur cause, bonne ou mauvaise.

Samedi, on peut craindre des événements majeurs et tragiques. Notre pays risque de tomber dans une situation insurrectionnelle, si tant est que ce ne soit pas déjà le cas .

Nous devons, que nous soyons gilets jaunes modérés,  écharpes rouges, citoyens compréhensifs et bienveillants pour les manifestants, ou simples spectateurs de ce désastre,  appeler au calme et refuser de participer à toute action susceptible de dégénérer en violence.

Disons NON à la violence et clamons le.

Les conditions du dialogue s’amorcent quelque peu, enfin.

La majorité raisonnable doit aussi se faire entendre et ne pas laisser aux réseaux sociaux le monopole de l’action monopole de l’action quand elle se limite à l’incitation à la violence. Relayez cet appel au calme et à la responsabilité.

4 réflexions au sujet de « La violence condamnable. »

  1. Comment s’exprimer autrement lorsqu’on a le sentiment de n’être pas entendu. Ce mouvement s’est formé sans que personne ne le voit venir. Fallait-il bloquer les routes, étendre le mouvement vers les lycéens, maintenant les agriculteurs, pour se rendre compte que le pouvoir d’achat est en baisse, que les fins de mois, pour certains, sont de plus en plus difficiles, que nous sommes pris dans un système. Aujourd’hui, je reçois une lettre des impôts m’avertissant qu’à partir de janvier mes impôts seront prélevés « à la source », je suis retraitée, veuve, mais aucun chiffre ne m’est précisé, comment faire mes prévisions, à qui m’adresser, mais loin de moi l’idée d’aller tout casser au centre des impôts ! Charlotte

  2. « Il y a trois sortes de violences.
    La première, mère de toutes les autres, est la violence institutionnelle, celle qui légalise et perpétue les dominations, les oppressions et les exploitations, celle qui écrase et lamine des millions d’hommes dans ses rouages silencieux et bien huilés.
    La seconde est la violence révolutionnaire qui naît de la volonté d’abolir la première.
    La troisième est la violence répressive qui a pour objet d’étouffer la seconde en se faisant l’auxiliaire et la complice de la première violence qui engendre toutes les autres.
    Il n’y a de pire hypocrisie de n’appeler violence que la seconde, en feignant d’oublier la première, qui la fait naître, et la troisième qui la tue. »
    Mgr Dom Helder Camara (Archevêque de Recife -Bresil- de 1964 à 1985)

  3. Ce que nous dit Charlotte est le type même d’une désinformation, totalement involontaire bien sur, de sa part. Si elle ne connait pas le montant de sa retraite, de veuve on le suppose, les services des impôts, même peut être au téléphone, peuvent parfaitement la renseigner. Mais son commentaire, justifié sans doute, laisse à penser qu’une fois de plus le système est en faute, alors que là au moins, il ne l’est pas.

    1. Si, Charlotte connaît le montant de son revenu, mais ce que ne lui a pas communiqué le service des impôts, c’est précisément le montant du prélèvement « à la source », c’est-à-dire, ce qui va lui être versé net par mois, une fois ce prélèvement effectué, ou encore le montant global de son impôt sur le revenu, comme il était annoncé jusqu’à présent, même si elle avait opté pour la mensualisation.
      Pour en revenir à la non violence, appelons à la raison, la vie est
      si brêve et si fragile..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *