Adhérent seulement et efficace

Adhérent seulement , c’est cool

Il nous arrive très souvent de proposer à l’une et à l’autre de rejoindre notre association, malheureusement pas toujours avec succès.

C’est à la fois, légitime car nous décelons la crainte d’une mobilisation très prenante et dommage car il y a plusieurs sortes de participations possibles.Capture

Bien sûr un engagement dans la gestion de l’association et la participation au montage de dossiers, pourtant valorisants et enrichissants, obligent à donner, un peu, de son temps.

Mais tout aussi importante à nos yeux, la simple adhésion témoigne de l’intérêt porté à nos projets. Sans chercher en quoi que ce soit une forme de reconnaissance, ce témoignage d’intérêt conforte dans la justesse de nos actions.

Simple adhérent permet tout aussi bien de donner son avis, avis pour nous précieux.

A titre d’exemple, adhérent depuis peu, L….   nous écrit. Même si certaines de ses suggestions sont plus ou moins engagées, il nous conforte dans leur bien fondé et d’autres de ses propositions méritent d’être  étudiées avec grand intérêt :

Bonjour Président

Je vais vous renvoyer mon vote par courrier.

En préambule, quelques réflexions:

Tout d’abord, l’initiative ma coloc sénior est une belle initiative et ce que vous avez fait à Chablis est une belle démonstration de ce qu’on peut faire.

Après il y a plusieurs problèmes que d’ailleurs vous soulevez:

– un problème de moyens (on a du mal à trouver des bénévoles qui s’engagent)

– un problème financier: beaucoup de monde, de politiques, de structures sociales évoquent ce problème, mais il n’y a pas de moyens financiers à la clé ou des misères ….

– un problème de communication et de visibilité qui fait qu’on ne dispose pas des forces et des énergies souhaitées.

– un président qui s’use à vouloir tirer un train sans roues.

Faut-il abdiquer pour cela?

Je crois que vous prouvez que non, mais seul ou à deux ou trois, vous n’y arriverez pas.

Pour ce qui me concerne, j’estime avoir atteint l’âge de ne plus être pris par trop d’obligations. J’ai, comme vous , bien donné dans ma vie, souvent à mon détriment. Maintenant il faut que je m’occupe de mon épouse et que je ne sois plus sous pression.

Pour faire vivre une association comme « vivre l’Yonne », et vous le savez, il faut drainer de l’intérêt, se faire connaître et montrer le sérieux des réflexions et des actions.

Pour votre action co-loc, qui est pertinente, vous avez des partenaires comme Domanys, la MSA… et c’est bien.

Pourquoi ne pas engager une réflexion, en liaison avec le conseil départemental et les maisons de retraite (il doit y avoir une fédération) sur un partenariat avec celles-ci, pour implanter les lieux de colocs séniors près de maisons de retraite ou d’Ephad ceci dans un souci de complémentarité: (bien sûr s’il y a une volonté et un accord de principe, et une ouverture des dirigeants d’Ephad qui vont voir a priori « un casse tête » supplémentaire)

Pouvoir faire bénéficier les colocs, des moyens dont disposent les Ephad: une bibliothèque, une salle de lecture et de vie, des animations, un coin cafétéria ou des repas (sur inscription) en semaine, ou le week end ou autre à voir, pourquoi pas des sorties? (j’ai vu ce matin au marché deux animatrices avec un groupe de 6 personnes d’une Ephad qui déambulaient avec joie en regardant les commerçants…), mais aussi l’accès à l’infirmerie pour des petits bobos,…

Cela pourrait se faire dans le cadre d’une convention générale, puis une convention particulière avec l’Ephad proche concerné fixant les conditions particulières pour ce qui la concerne.

Cela pourrait donner une certaine sécurité aux colocs qui pourraient se sentir épaulés, tout en les laissant vivre leur indépendance….

D’autre part En effet il faut chercher des sponsors, qui y trouvent leur compte par la pub, avec pourquoi pas des panneaux à afficher dans certaines grandes surfaces, dans les locaux CAF, MSA, CPAM, centres sociaux, Maisons de services dans les cantons pour sortir d’Auxerre et de l’auxerrois,…

Et dans les animations possibles pas chères mais qui peuvent communiquer, des randonnées spéciales, des concours de pétanque, des visites de lieux particuliers (musées, monuments historiques avec un guide, déplacement sur inscription à Guédelon, à St Fargeau, à Vézelay, à Ancy le Franc…

Je sais que certaines associations du troisième âge peuvent en organiser. Pourquoi ne pas là aussi trouver un partenariat et une complémentarité pour des gens isolés, sans groupe seniors proches, ou peu fortunés avec un soutien de sponsor (et un compte rendu dans leurs locaux)…

Mais on en revient au début: trouverez-vous  des volontaires bénévoles pour s’engager dans ces actions? Il faudrait en trouver des plus jeunes

Voilà quelques unes de mes réflexions, qui, je le sais, sont du réchauffé.

Mais que veut devenir « Vivre l’Yonne »?    Et y-a-t-il une relève qui puisse accompagner et insuffler un dynamisme nouveau?

La mentalité actuelle égoïste, d’indépendance et de liberté sans engagement, me semble être un sérieux handicap.

En effet, Vivre l’Yonne est à la croisée des chemins.

Bon courage pour la suite

Amicalement

L….

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.