Editorial

Migrants et Gaulois

Migrants économiques, migrants réfugiés politiques, cette frontière entre les deux catégories s’estompe dans de nombreux pays d’Europe. Des migrants, notamment les pays de l’Est n’en veulent plus, d’autres, l’Italie, la Grèce n’en peuvent plus de les accueillir.

La France n’en souhaite, pas beaucoup. Pour les Syriens, la France  1,51 réfugié pour 10 000 habitants alors que l’Allemagne compte 74 réfugiés pour 10 000 habitants, d’après le journal Le Monde. Mais plus d’Africains que cela choisissent notre pays.

Les migrants
Migrants sous nos yeux.

Les Gaulois – on comprendra qui sont désignés – quand ils s’expriment au café du commerce, quelque soit leur bord politique, déplorent le sort de ces étrangers qui ont couru de grands dangers, vivent chez nous souvent dans une précarité évidente, et en même temps, ne souhaitent pas forcément les avoir près d’eux.

Les Gaulois pourtant, se rappellent que dans un temps lointain, les immigrés nous allions les chercher pour travailler dans nos entreprises … > Lire la suite

la morale sans limite ?

La morale 2La morale sans limite ou la limite de la morale.

Un sujet pour bac de philosophie, mais aussi une vraie question sur l’évolution du mode de penser notre vécu sociétal.

« La vague moralisatrice, hygiéniste est tellement forte, tellement puissance … On a pénalisé le fait de siffler une fille dans la rue. Je trouve que ça doit être réglé par la bien-séance. On tombe dans un populisme où plus rien n’a de sens. Si on fait une loi là-dessus, mais dites-moi : on va faire quoi? Comment? Jusqu’où va-t-on dans l’intrusion de l’État dans notre vie quotidienne ? «  > Lire la suite

Mai 68 à mai 2018.

rue-gay-lussac-lendemain-matin-357b-diaporama
mai-68:Rue Gay-Lussac après la « grande nuit »

Mai 68, c’était Cohn-Bendit, Gesmard, Sauvageot, les pavés et la révolution. Un pays dans le coma. Plus rien ne fonctionnait. Mai 68 bousculait l’ordre établi. La chienlit quoi. J’avais 22 ans, encore l’âge normal pour la contestation et la révolte. Eh bien non. De mai 68, je n’approuvais que le 31 mai où une foule  défilait sur les Champs Élysées – près d’un million de personnes – pour siffler la fin des grandes illusions. > Lire la suite

Chaque enfant est une étoile.

Enfant de l’amour ou enfant de l’indifférence. Ils n’ont pas la même chance. Il y a les uns. Il y a les autres.

Pour les uns, comme c’est agréable la nostalgie du souvenir de moments du passé, pleins d’émotion et de tendresse, moments dont nos enfants, petits alors, étaient la source.

enfant heureux
enfant heureux, enfant bonheur.

C’est cette petite bouille interrogative de la fillette qui ne marche pas encore, …. mais enfin pourquoi je ne reçois pas mon cadeau comme les autres ? C’est quand, la même, deux ou trois ans plus tard, déjà attentive à sa mise, mesure la longueur de ses couettes pour vérifier la bonne tenue de sa coiffure  …

C’est ce petit bonhomme qui court autour de la pelouse du parc pour « jouer » au coureur, ou qui se lance, le couloir pour terrain de jeux, en glissade sur les genoux C’est lui qui voulant « faire quelque chose avec son père », enfin, pêche un poisson. Grande découverte, le poisson n’est pas carré, ni pané, mais surtout il bouge….

> Lire la suite

L’hôpital est malade.

L’hôpital est malade de ses finances. C’est une entreprise certes, mais peut on la gérer comme une PME classique ? …la question ne sous entend pas la réponse.

URGENCE
Urgences: le feu est au rouge

L’hôpital est malade, on taille dans le vif.  Là on ferme un service d’urgence, ailleurs c’est la maternité qui disparaît. Cela coûte trop cher nous dit on !

Dans cet hôpital du centre de la France, la Direction reproche au chef de service une baisse des interventions avec hospitalisation, touchant des pathologies ne le justifiant pas.

En effet, plutôt que recourir à un traitement classique entraînant deux nuitées d’hébergement, les soins sont pratiqués en ambulatoire. Pas assez rentable pour l’hôpital ! > Lire la suite

Février, entre douceur et rigueur.

Février, voici le mois le plus court de l’année entamé. Dans quelques  jours, des vacances vont stopper le rythme scolaire de ce deuxième trimestre, que l’on dit cependant le plus important. Des bambins des petites sections maternelles aux étudiants, chacun va se disperser, qui sur les pistes enneigées pour les plus favorisés, d’autres dans les centres de loisirs bienvenus pour les parents au travail, certains encore trouveront un refuge sûr chez « papy-mamie ».

> Lire la suite

Le temps; ah… le temps!

A la veille d’une nouvelle année, puisque le temps est matérialisé en années, mois, jours, heures, minutes, secondes, ce qui ne l’empêche pas de s’écouler inexorablement et à la même vitesse pour chacun d’entre nous, voici quelques pensées livrées pour vous, qu’elles soient les plus positives et les plus proches de vos aspirations profondes !

Personne n’a jamais réussi, ni même voulu peut-être arrêter le temps. Pourtant, éterniser la seconde de rêve, celle que l’on espère sans oser qu’elle arrive et lorsqu’elle est là, l’immortaliser, l’immobiliser dans sa glorieuse magnificence, comme un danseur dans une merveilleuse et gracile envolée lui faisant quitter la scène, quel prodige cela serait.

> Lire la suite

Retraités solidaires; jusqu’où ?

Pour les retraités

AUGMENTATION DE LA C.S.G. POUR LES RETRAITÉS, GÉNÉRATIONS MOUVEMENT  DEMANDE DES COMPENSATIONS.

Générations Mouvement, est le premier réseau associatif de retraités en France avec ses 650 000 adhérents. La Fédération de l’Yonne compte près de 9 000  adhérents, regroupés dans 135 associations locales. Elle souhaite faire part de sa vive inquiétude pour les millions des retraités.

Durant l’été, le premier Ministre a confirmé l’entrée en vigueur dès le 1er janvier 2018 de la hausse de la CSG. Cette hausse concerne à ce jour de nombreuses catégories de Français ; salariés du privé, fonctionnaires, travailleurs indépendants mais aussi retraités.
Le gouvernement a annoncé, pour de nombreuses catégories, des mesures compensatoires. Cependant, les retraités semblent encore une fois laissés de côté, hormis les plus modestes, puisque la hausse de la CSG ne s’appliquera pas aux pensions inférieures à 1 200€. > Lire la suite

Où est l’euphorie des jeux olympiques ?

J.O.
Cocorico !

Déjà retombée l’euphorie née de l’annonce des J.O. 2024 accordés à la France ? Il est vrai que ce n’était qu’un secret de polichinelle

Si la presse a tant insisté sur « l’euphorie », c’est peut-être parce que, dans le reste de l’actualité, les nouvelles du monde sont bien sombres.

Si nous avons si vite oublié qu’enfin, « après un siècle d’attente, le sport tricolore est face au plus grand défi de son histoire ! » , c‘est sûrement parce que nous sommes inquiets. Notre actualité ne nous annonce pas pour l’immédiat des jours meilleurs.

Le refus de voir que l’état des finances du pays justifie sans doute des potions amères que nous n’acceptons pas, puisque c’est l’autre qui est malade. L’effort oui, pourvu qu’il ne touche pas à mes acquis.

Les Jeux peuvent être une chance en raison de retombées économiques notamment par un coup de fouet au secteur du BTP de la région parisienne. C’est l’occasion de créer des infrastructures pérennes, pour le bonheur des Franciliens. Ce pourrait être un engouement pour la pratique du sport que les Pouvoirs Publics se devraient d’accompagner pour le plus grand profit de nos jeunes.

La province en matière de tourisme, a une carte à jouer. Les touristes à bon budget se détourneront pour beaucoup de Paris laissant la place à des visiteurs moins dépensiers. Il faudra les attirer.

L’euphorie des jeux ; elle sera au rendez vous, et c’est tant mieux, tant pis pour les grincheux.

Bon mais d’ici là il nous faut passer le cap de 2017 et 2018. C’est pas gagné.

Millions d’Euros pas la même valeur pour tous.

pied d'or
Le pied du joueur NEYMAR .

Le PSG, possède Neymar, ce footballeur Brésilien aux pieds d’or, – un de ces nouveaux héros – acheté à Barcelone. Une note salée : une clause libératoire de 222 millions d’euros, une prime de 80 millions d’euros, 100 millions de charges. Au total, le montant du transfert s’élèverait à 402 millions d’euros. Et la facture s’alourdit si l’on prend en compte les cotisations sociales C’est vrai, qu’au milieu, l’État français se servira au titre de la fiscalité; ça c’est tant mieux.

Dans le même temps, on s’insurge, avec raison dans certains cas, que notre Gouvernement, celui d’un État en quasi faillite soit obligé de réduire les aides au logement de 5 € /mensuel.

Il s’agit d’économiser 500 M€ par an, supportés par 6,5 millions de bénéficiaires, tandis que le PSG, pendant ce temps, débourse plus de 402 M€ pour un seul homme !

On dira que l’on mélange des choux et des carottes. C’est vrai, mais quand même. Et puis on sait que le PSG fait rêver justement des milliers de bénéficiaires de l’APL. Ironie mal placée, direz vous. C’est encore vrai. > Lire la suite