Tous les articles par Jean Louis Druette

Centre de Santé Solidarités de l’Auxerrois

Centre de Santé Solidarités de l’Auxerrois,  pour un public spécifique.

Ce n’est pas une Maison de Santé comme nous en connaissons plusieurs dmaladeans l’Yonne.

Vous ne pourrez pas sonner et entrer au Centre de Santé Solidarités de l’Auxerrois, pour vous y faire soigner.

C’est une structure dédiée à une patientèle composée de personnes en situation de précarité, prises en charge au préalable par les services sociaux et/ou sanitaires. > Lire la suite

Infarctus en direct

Infarctus, nous avons la chance – pas lui – de le vivre en direct grâce au témoignage de Guy M..

Bonjour ! Comment ça va ?

Ça va bien merci … Cependant j’ai une douleur au niveau de l’estomac qui s’estompe et qui revient, ainsi de suite. Je pense à un problème de digestion… Le lendemain avec les amis du club Générations Mouvement de Gron (il y en a 130 dans l’Yonne) je participe à la petite marche : 3 Kms environ, dans le jardin du Moulin à Tan à Sens.  Mauvais souvenir : j’ai souffert.

L’après midi je participe à une réunion d’une trentaine de personnes. La douleur s’est adoucie.

Mercredi matin, repos. L’après-midi, nouvelle rencontre avec des amis. La douleur me revient. En soirée, toujours marqué par cette douleur, un repas léger me suffit. Nous tenons, ma femme et moi à regarder la vie d’Albert Camus, disparu dans un accident de voiture sur une route pas loin de chez nous. > Lire la suite

Arnaques à la rénovation énergétique

Arnaques à la rénovation énergétique , nouvelle forme de délinquance.

Pour chasser les arnaques les services de la Répression des fraudes ont mené principal-43847l’enquête pendant un an. Les résultats sont désastreux.

La rénovation thermique et les installations d’énergies renouvelables chez les particuliers sont un des terrains de jeu favoris des fraudeurs. Les pratiques déloyales et trompeuses concernent plus de la moitié des entreprises contrôlées ! C’est ce que nous dit UFC-Que Choisir.

Que dire du démarchage téléphonique qui nous empoisonne la vie.

Les arnaques comment les éviter ? > Lire la suite

La musique : bon pour le cœur.

La musique protège les cœurs.

blue-2055701__340-eaeb5
Image empruntée au site mieux-apprendre

La musique joue un rôle sur notre moral, mais aussi sur la santé de notre cœur . La Fédération Française de Cardiologie rappelle les bienfaits de la musique pour le cœur.
La musicothérapie est un vieux remède dont l’utilisation remonte à la nuit des temps. La musique a toujours été perçue comme ayant des pouvoirs de guérison particuliers et aujourd’hui, plusieurs études démontrent qu’elle joue sur nos émotions et nos humeurs. > Lire la suite

Succession organisez la

Succession : tout ce qu’il faut savoir sur le sujet

Organiser sa succession revient, entre autre à rédiger un testament, à faire des donations, à anticiper les frais de succession.

Qui peut rédiger un testament ? Quels sont les frais à acquitter lors d’une succession ? Quel est le rôle du notaire ? Son intervention est-elle obligatoire ?

Le testament.

Le testament permet d’organiser le partage de ses biens de son vivant et de formuler ses dernières volontés. > Lire la suite

Mobilité des Séniors dans l’Yonne

La mobilité des Séniors : une enquête de la Fédération 89 de Générations Mouvement à laquelle Vivre l’Yonne s’associe volontiers.

Nous vous invitons à y participer.

Vous habitez le département de l’Yonne.

Vous avez plus de 60 ans, vous êtes internaute averti(e), merci de répondre à cette enquête MOBILITÉ des SENIORS de la Fédération Générations Mouvement Yonne.

Plus jeune (ou pas), vous avez une personne proche, ami(e), voisin, voisine, qui n’est pas familiarisée avec l’informatique ou qui n’a pas internet, répondez avec elle à cette enquête.

   ⇒   Cliquez sur :    questionnaire.   Cela ne vous prendra que quelques minutes. Merci.

La mobilité des Séniors , elle dépend d’un grand nombre de facteurs

> Lire la suite

police et gendarmerie, défendons les.

Un gardien de la paix a mis fin à ses jours dans les toilettes du tribunal de grande instance de Bobigny.

Un gardien de la paix a mis fin à ses jours dans les toilettes du tribunal de grande instance de Bobigny. Il s’agit du 53e suicide dans les rangs de la police cette année.
« Nous ne sommes pas des matricules » disent-ils. Non, ce sont des femmes et des hommes qui sont, filles, fils, mères ou pères méritant la considération des Français et non le bashing dont ils sont souvent victimes. Les dérapages existent et doivent être sanctionnés, mais imaginons ce qui se passerait sans maintien de l’ordre pour la sécurité de chacun. Les conditions dans lesquelles ils exercent sont surtout pour la police déplorables la plupart du temps.

 

Aux morts.

Le Président CHIRAC est décédé.

Même le sachant malade et très handicapé, on n’y croyait pas tant nous conservions de cet animal politique l’image de la force et de l’endurance.

Tous trouvaient l’homme sympathique et affable même en le taxant de « tueur » et de fauve en politique.

On a en mémoire son courageux et visionnaire refus d’accompagner l’Amérique dans sa guerre contre l’Irak, à l’origine de l’émergence d’al-qaïda et de la radicalisation islamique dont nous sommes aujourd’hui victimes.

Il y a eu le discours du «Vél d’Hiv». Oui, bon. C’était le moment de le faire.

Il y a eu également sa position sur l’esclavage. Il le qualifie de crime contre l’humanité mais aussi, et c’est tant mieux, sans vouloir qu’il s’agisse pour autant d’un acte de repentance de la France, cette fois ci.

On ne fait sûrement qu’insuffisamment le bilan, avec son actif et son passif, des décisions importantes prises durant ses mandats, sous son impulsion. Mais ce qu’il ne lui sera pas discuté, c’est son incarnation de notre pays à l’étranger. Il représentait la France avec grandeur et forçait le respect.

Pour l’instant, c’est l’heure des hommages, sincères ou affectés.

« C’est une part de ma vie qui disparaît aujourd’hui» déclame celui qui considérait le défunt comme « un roi fainéant » jadis.

C’est tel autre ancien Ministre suintant de flagornerie qui s’épanche à l’envie, celui dont Simone VEIL disait de sa précipitation à féliciter Chirac de son élection : “juste pour rester ministre de l’Éducation nationale et continuer à ne rien faire”.

Les commentateurs considèrent que MITTERRAND et CHIRAC furent les derniers grands Présidents de la 5ême République. Peut-être, à condition que l’on prenne comme mètre-étalon  certains qui leur succédèrent, mais pas De GAULLE.

Ces deux derniers grands Présidents ont chacun leur part d’ombre que les plus jeunes ignorent. Le premier a son passé douteux pendant une sombre période. Le second fomente « l’appel des 43 » pour couper l’herbe sous le pied à CHABAN DELMAS, gaulliste historique, qui avait pourtant, avec son projet humaniste et social de « nouvelle société » le moyen d’éviter les aventures futures. Entre le machiavélique politicien MITTERRAND et le tacticien sans état d’âme CHIRAC, il y avait cette même volonté d’arriver, coûte que coûte. D’ailleurs les élections de 1981 n’auraient sans doute pas eu le même visage si les alliés de GISCARD D’ESTAING, instrumentalisés par le défunt Président, avaient joué le jeu. Mais on est en politique, « c’est de bonne guerre » et puis ce n’est pas le moment de traiter de ces sujets.

J’ai croisé – moi aussi – à l’Élysée ces deux Présidents, entre autres, dans d’anciennes fonctions. L’un, à un mètre de distance imposé par le service d’ordre, m’a parlé de Vézelay et surtout de MENEAU, chef étoilé, qu’il visitait souvent le dimanche au déjeuner, l’autre m’a tapé sur l’épaule, me serrant la main en me demandant des nouvelles de Jean -Pierre (SOISSON, Maire de ma ville). Sans vanité exagérée je dirais avoir été heureux et fier de ces rencontres.

Ainsi, au delà de désaccords ponctuels évidents , c’est le positif et une forme de sympathie vraie, qui l’emportent quand je pense à Monsieur Jacques CHIRAC. La maladie et ses souffrances lui a interdit de profiter d’une fin de vie qu’il méritait pourtant bien.

L’unité nationale qui se vérifie, autour de cette disparition, tant au niveau des hommes politiques de tout bord, que chez les Français, jeunes ou plus âgées, est à tous égards remarquable. Les Français sont capables de cela.

Familles nombreuses

Familles nombreuses : familles de 3 enfants et plus  .

illustration-famille-nombreuse-enfants-parents-fraterie-25-0_4490243
Image empruntée à l’Yonne Républicaine

Une très intéressante étude menée en juin 2017, concernant le vie des familles nombreuses dans l’Yonne, initiée par l’URAF BFC, a été largement traitée récemment par l‘Yonne Républicaine et mérite que l’on s’y attarde.

Le Président de l’Udaf de l’Yonne, au regard de cette étude, dresse le 23 septembre dernier, au micro de France Bleu  un constat de la situation de ces familles, de leurs difficultés et offre des perspectives comme autant de revendications en direction des Pouvoirs Publics. > Lire la suite

Le politiquement correct

Le politiquement correct d’aujourd’hui  fait il regretter le politiquement incorrect d’antan  ?

A observer nos actuelles platitudes télévisuelles à l’aune des audaces d’une télévision d’il y a trente ans, on réalise notre changement de monde. Nous n’étions pas dans le politiquement correct, beaucoup s’en fallait.

Rappelons nous, pour les plus anciens, l’éclat du chanteur Daniel Balavoine devant François Mitterrand sur la chaine Antenne 2.

Pourrions nous aujourd’hui entendre un Coluche faire rire la France en nous apostrophant de sa gouaille «Vous avez des étrangers qui viennent en France comme balayeurs, et après ils restent comme noirs !» ou «On met des croix au-dessus du lit parce que Jésus a été crucifié; vous nous voyez avec un bocal s’il avait été noyé ?» et même «Dieu a créé l’alcool pour que les femmes moches baisent quand même.». Il y a eu bien pire dans ses propos. On en riait hier, aujourd’hui on en est choqué.

Mais de nos jours, trop c’est peut-être trop !

Le politiquement correct s’impose en règle commune et obéit à une culture de la « surveillance » permanente. Nous avons nos miliciens et nos miliciennes de l’indignation.

Nous sommes dans l’ère du contrôle de son langage, du culte des minorités, de l’idéologie telle qu’avec l’écriture inclusive, du diktat du genre, d’un certain féminisme radical.

Le politiquement correct qui tend à s’installer est nourri ou combattu à la vitesse du tweet rageur ou approbateur. Et pendant que l’on y va de son jugement à « l’emporte pièce » cela empêche de réfléchir au fond du sujet.

Conservons quoiqu’il en soit le droit à l’indignation devant, par exemple, ces 99 femmes tuées par leur conjoint ou ex-conjoint depuis le début de l’année 2019. L’indignation est-ce suffisant ? Combattre une relative indifférence qui frise souvent la non assistance à personne en danger, constituerait le minimum. Mais c’est une vraie prise de conscience des causes, de leurs conséquences dramatiques et une lutte implacable qui s’imposent.