Portaits et Talents

l’amour est dans le lait.

L’amour n’est pas que dans le lait.
Une jeune femme de 35 ans que ses études destinaient à la gestion administrative et comptable, davantage dans l’air du temps, mais surtout essentielle pour une telle exploitation, est depuis une dizaine d’années, avec son mari, Sébastien, à la tête d’une exploitation agricole, dans un hameau de Moulins-sur-Ouanne, la Jaunière, niché en Puisaye.
Coralie Fouqet, est originaire de Jussy, dans le pays coulangeois, où elle garde des attaches familiales.
Sa rencontre avec Sébastien, leur mariage, l’arrivée de trois petits garçons âgés actuellement de 10, 7 et 5 ans ont donné à sa vie une tournure inattendue qu’elle mène de façon énergique.
L’amour du métier d’éleveur, d’abord.
Corali 1bis
Une stabulation moderne.
150 vaches laitières, de race hollandaise prim’holstein, soit un troupeau de 280 têtes avec les jeunes, « seules sont gardées les femelles, précise Coralie, les veaux mâles sont vendus dès deux semaines », 119 hectares de culture céréalière et fourragère traditionnelle, voilà la présentation des lieux.

> Lire la suite

Kick-boxing, une championne à Chevannes

280px-High_kick_block Le kick-boxing américain est un sport de combat,

Il est codifié aux États-Unis dans les années 1960, se pratiquant sur ring. Il est né de l’engouement aux États-Unis pour le karaté ainsi que pour les autres arts martiaux (kempo, kung-fu, taekwondo, bando, etc.).

Différents styles de pratiques martiales développèrent des formes de contact variées. De nombreux champions désireux de faire connaître la diversité de leurs techniques, contribuèrent à leur évolution.

Également, l’idée  de combattre avec protections et gants, a ouvert une nouvelle voie pour tous les amateurs de « combat réel ». À l’origine le kick-boxing américain  permet aux compétiteurs des différentes pratiques martiales de se rencontrer dans un certain type de confrontation . Il s’est tellement répandu, qu’il est devenu l’une des formes de sport de combat inspirée des arts martiaux la plus pratiquée au monde.

Si l’on est pas spécialiste on peut être surpris qu’une de nos compatriotes Icaunaise, une toute jeune fille ait choisi cette discipline pour briller sur les rings.
C’est son histoire que nous raconte Denise.

Le kick-boxing,  Camille y excelle.

« Camille multiplie les titres de championne de France dans une discipline que le grand public ne connaît pas nécessairement : l’American Kick-boxing. Définition donnée par la jeune sportive de 18 ans, « c’est un type de boxe avec les pieds et les poings où l’on peut taper à partir du genou jusqu’à la tête ».

> Lire la suite

Petit commerce qui fait de la résistance.

Petit commerce qui résiste à la pression des grandes surfaces : GOUVERNAIRE à Auxerre.
« On trouve tout chez Gouvernaire » entend-on couramment dDSC_7143ans Auxerre.. Ce sujet ne se veut pas publi-reportage sur le magasin qui contient des milliers d’article voués en premier à la coutellerie, mais il veut mettre en lumière comment depuis quatre générations, la tradition perdure, se communique et fait que l’on se sente accueilli (e) comme un habitué lorsque l’on franchit le seuil de la boutique.
« petit commerce » florissant grâce à une saga familiale; depuis 1935.

> Lire la suite

Photo artwork.

 Poésie et photo, délicate alchimie.
« 0 temps, suspends ton vol ! et vous heures propices,
         Suspendez votre cours
Laissez-nous savourer les rapides délices
        Des plus beaux de nos jours »…
Alphonse de Lamartine (1790-1869) aurait trouvé une réponse à sa supplique, extraite de son poème « le Lac », avec les photographies de son contemporain Joseph dit Nicéphore Niepce (1765-1833), inventeur de la photo…qui aurait fixé à jamais ses « heures propices ».
C’est ce que Denis Brenot, de Lindry, photographe professionnel à l’œil avisé d’un artiste, s’ingénie à faire. D’un instantané, qu’il saisit, il immortalise ce qu’il a vu, ce quDSC_6619i l’a touché, que ce soit en couleurs ou en noir et blanc.
A 51 ans, habitué des expositions, comme dernièrement à la Maison communale de Chevannes  où il vient fréquemment, il présente les « Temps Suspendus ». Une trentaine de clichés laissant aux visiteurs, bien que chaque photo soit titrée et légendée, toute latitude pour imaginer ce qu’il veut en fonction de ce qu’il ressent.

> Lire la suite

Pierre Larousse, enfant de Toucy.

Pierre Larousse, père du dictionnaire est né à Toucy, le saviez vous ?

En ces jours de fin octobre, ayons une pensée particulière pour Pierre Larousse. Né le 23 octobre 1817 à Toucy, il aurait donc 201 ans, et son dictionnaire lui survit allègrement, comme l’atteste la photo prise au rayon librairie d’un établissement voué à la culture dans une zone commerciale d’Auxerre.

La famille de Larousse
Une famille de Larousse du « petit » au « maxi »..
Pierre Larousse n’a pas eu d’enfant, même s’il a partagé sa vie pendant 32 ans avec sa compagne épousée 3 ans avant son décès en 1875…
Son enfant, c’était son dictionnaire, et après une rapide enquête, il est avéré que les élèves, dès l’ école élémentaire sont initiés régulièrement à sa pratique.

> Lire la suite

l’Abbé Pierre.

images1Henri GROUES, dit l’Abbé Pierre
C’est en 1994 que la communauté des compagnons d’Emmaüs s’est installée dans le village de Pontigny, entre Auxerre et Troyes.
Sur les murs de ses différents locaux rigoureusement entretenus pour accueillir dignement les compagnes et compagnes, on peut y voir des portraits de l’Abbé Pierre, des phrases qu’il a prononcées, qui servent de références à tous ceux qui œuvrent dans la structure, voire même  leur redonnant du courage, lorsque les problèmes s’amoncellent…

> Lire la suite

L’escalade dans la peau.

Dans cette rubrique PORTRAITS et TALENTS, qu’assure Denise Clémenceau- Printz,  nous voulons grâce à Vivre l’Yonne présenter  des femmes et des hommes, comme tant d’autres que nous croisons journellement. Nous les distinguons parce que ces anonymes, même sans notoriété,  se réalisent à travers une passion, un savoir faire, un don, une virtuosité, un mérite…., et ont des attaches avec l’Yonne.

L’escalade, Maxime Simoneau, dit Max depuis le lycée, qui aura 70 ans dans 3 mois, la découvre par la lecture  « J’avais lu le livre de Frison-Roche, Premier de Cordée, cette histoire de super-héros qui me semblait inaccessible à moi pas du tout sportif, maladif et binoclard, fumant, jusqu’à la trentaine »….

> Lire la suite

Icônes d’une Icaunaise.

VÉRONIQUE, L’ICAUNAISE QUI PEINT DES ICÔNES

Le jeu de mots semble facile et léger, fait pour attirer le sourire sur le visage de Véronique Chevalier, qui semble en perpétuelle recherche de son art.

DSC_5626
L’icône prend ses racines dans la tradition de la fin de l’Antiquité

A 63 ans, cette jeune retraitée est toujours aussi passionnée par ses créations picturales qu’elle affectionne particulièrement, les icônes réalisées traditionnellement. « Pour moi,  l’icône est un cheminement vers le dénuement et le détachement, c’est une méditation »… explique-t-elle, se souvenant de la première icône qu’elle a peinte à l’âge de 16 ans, tournée vers l’art religieux. « Peindre des icônes me tranquillise, m’apaise, m’apporte la sérénité, une véritable évasion dans ce monde agité », ressent-elle. > Lire la suite