Jeunesse

Harcèlement, les jeunes sportifs à l’écoute.

Harcèlement . Les jeunes sportifs de Varennes à l’écoute.

Le club sportif de Varennes, petite commune près de Ligny le Chatel,  fête en 2023 ses cinquante ans. Cinquante années où grâce au dynamisme de son Président fondateur Gilbert Cuneaz et de ses entraineurs successifs, comme aujourd’hui Davhy  Chaudy, compte aujourd’hui 152 licenciés, contre 14 en 1973. L’USV collectionne les réussites comme le montrent les dizaines de coupes et trophées trônant dans sa salle de réunion. On lui a décerné le challenge de la sportivité. Pas par hasard.

Mais ce jeudi de novembre 2023 les jeunes sportifs du CM1 à la sixième sont réunis à l’initiative des Dirigeants pour réfléchir sur le harcèlement, avec une animation par l’association Vivre l’Yonne. Le harcèlement scolaire  précise l’un d’eux, non pas que scolaire ajoute un autre, car dit-il, il y a les réseaux sociaux. Cela démarre bien. > Lire la suite

Le sport un allié pour la santé.

Le sport un allié pour prévenir les effets du vieillissement, mais aussi maintenir la santé des plus jeunes…..

Il faut les voir pédaler sur les vélos elliptiques, tirer sur les rameurs, s’essayer aux divers bancs de musculation, … transpirer – à leur rythme- dans la bonne humeur pour se maintenir en forme.

Dans la salle, il y a des jeunes bien sûr mais en journée ce sont plutôt des Séniors, hommes ou femmes.IMG_20230727_102824019« …mon mari a soixante dix sept ans et vient une à deux fois par semaine à la salle de fitness. Il pratique plusieurs appareils pour conserver sa musculature en bon état et s’en porte à merveille…, » nous dit Constance qui, elle, pratique plutôt les séances de Pilate et de Yoga. Elle veut s’essayer au Stretching. « j’ai choisi une salle où il y avait un coaching sérieux, car il ne faut pas faire n’importe quoi. »   Chez Appoigny Fitness, les coachs, Sébastien Lalandre le patron, Élodie, Fanny, Marion, Paulin et Sébastien ……., sont toutes  et tous diplômés.

Élodie, une des coachs, jamais avare d’une saillie verbale, d’un bon mot, observe « …dans ton article tu pourrais ajouter que nos séances améliorent les articulations et la souplesse … » un compliment ou un reproche à mon intention.

> Lire la suite

Harcèlement entre jeunes … encore !

A – Le harcèlement entre jeunes a toujours existé, mais il s’aggrave.

Vivre l’Yonne en a déjà traité, consultez les articles à l’aide des liens suivants : cyber harcèlement Vivre l’Yonne se mobilise harcèlement entre jeunes nos conférences.

On ne le redira jamais assez, en primaire, au collège ou au lycée,so-5f20445166a4bd6f5cd490ca-ph0 le harcèlement scolaire touche de nombreux élèves avec des degrés de gravité plus ou moins sévères. Ce phénomène inquiétant peut avoir de graves répercussions.

Avec le développement des nouvelles technologies et des réseaux sociaux, il dépasse le cadre scolaire et affecte aussi les jeunes à travers le cyberharcèlement. C’est pour cela que Vivre l’Yonne parle du harcèlement entre jeunes et non du harcèlement scolaire, trop restrictif. > Lire la suite

Harcèlement entre jeunes : insupportable !

Harcèlement entre jeunes : Vivre l’Yonne se mobilise

Vivre l’Yonne lance, en collaboration avec l’Éducation Nationale et avec le soutien de la CAF 89, une série de conférences destinées aux parents d’élèves,  pour ensuite créer un Réseau Parental de Proximité ».

Ce projet préparé depuis plusieurs mois se déroulera en Novembre prochain sur le Sénonais, l’Avallonnais et l’Auxerrois à des dates et lieux qui seront précisés dans la presse et sur ce site. Mais nous invitons les parents qui, dès maintenant, au vu d’une actualité inquiétante, souhaitent participer à ce réseau, à se manifester en adressant un message à contact@vivrelyonne.fr

Pourquoi  cette initiative ?  :  cet article fait l’historique de plusieurs faits certains dramatiques survenus à des jeunes enfants suite à des harcèlements, notamment sur les réseaux sociaux.   Ce 17 septembre 2021, ce sont les élèves de 6eme qui sont visés.

C’est un mot d’ordre qui monte depuis plusieurs semaines sur les réseaux sociaux et qui a cumulé 40 millions de vues. Le hashtag #Anti2010 vise les élèves nés cette année-là, qui rentrent cette année pour nombre d’entre eux en classe de 6ème.

Sur les réseaux sociaux, des moqueries s’enchaînent sous ce mot d’ordre, générant un véritable harcèlement de ces nouveaux collégiens. > Lire la suite

réseaux sociaux et jeunes

Les réseaux sociaux chez les jeunes : les deux côtés de la médaille

Cet article a été écrit par Sophie Boisvert-Beauregard  ( sur blogsgrms . un site québécois). Il est particulièrement intéressant. Certains médias français ont présenté l’enquête américaine dont il est question dans l’article.  Gageons que les observations apparues outre atlantique ne sont guère étrangères à ce que l’on peut constater chez nous.

image3
Une utilisation saine et appropriée. Est ce le cas ?

« Utiliser les réseaux sociaux représente l’une des activités les plus courantes chez les jeunes d’aujourd’hui. Un récent sondage mené aux États-Unis démontre que 51 % des adolescents se connectent à leur réseau social favori au moins une fois par jour et que 22 % des jeunes le font plus de 10 fois quotidiennement (Common Sense Media, 2009). Les sites comme Facebook, YouTube ou Twitter, qui se sont développés à grande vitesse au cours des dernières années, s’avèrent hautement populaires auprès des jeunes, notamment parce qu’ils leur offrent l’opportunité de se divertir, mais également de communiquer entre eux (O’Keeffe et Clarke-Pearson, 2011). Il demeure cependant essentiel que les jeunes sachent en faire une utilisation saine et appropriée, sans quoi, certains problèmes pourraient survenir. > Lire la suite

École de la 2eme chance

E2CL’école de la 2eme chance, une chance pour les « décrocheurs »

On appelle un « décrocheur » un élève qui quitte ou risque de quitter prématurément le système scolaire sans avoir obtenu de diplôme (CAP, bac pro ou bac). Des établissements ont été créés pour les accueillir, les remotiver et les accompagner vers une reprise d’études et un projet professionnel durable.

L’obligation de se former.

À partir de la rentrée 2020, afin qu’aucun jeune ne soit laissé dans une situation où il ne serait ni en études, ni en formation, ni en emploi, l’obligation de se former est prolongée jusqu’à l’âge de 18 ans. Un décret paru au Journal officiel le 6 août 2020 définit les conditions qui doivent être réunies pour que cette obligation soit remplie, les motifs d’exemption ainsi que le rôle des missions locales chargées de sa mise en œuvre et de son contrôle.

> Lire la suite

Chaque enfant est une étoile.

Enfant tu es une étoile, mon étoile; enfants vous êtes mon ciel.

Enfant de l’amour ou enfant de l’indifférence. Ils n’ont pas la même chance. Il y a les uns. Il y a les autres.

Pour les uns, comme c’est agréable la nostalgie du souvenir de moments du passé, pleins d’émotion et de tendresse, moments dont nos enfants, petits alors, étaient la source.

enfant heureux
enfant heureux, enfant bonheur.

C’est cette petite bouille interrogative de la fillette qui ne marche pas encore, …. mais enfin pourquoi je ne reçois pas mon cadeau comme les autres ? C’est quand, la même, deux ou trois ans plus tard, déjà attentive à sa mise, mesure la longueur de ses couettes pour vérifier la bonne tenue de sa coiffure  …

C’est ce petit bonhomme qui court autour de la pelouse du parc pour « jouer » au coureur, ou qui se lance, le couloir pour terrain de jeux, en glissade sur les genoux C’est lui qui voulant « faire quelque chose avec son père », enfin, pêche un poisson. Grande découverte, le poisson n’est pas carré, ni pané, mais surtout il bouge…., il ne le mangera pas.

> Lire la suite

Réseaux sociaux, meurtriers ?

« Elle (Mila) s’est exprimée sous le sceau de la liberté d’expression. Pensant que lorsque l’on est sur internet on a le droit de tout dire. C’est là où elle s’est trompée. Je pense qu’elle ne s’est pas rendue compte que lorsque l’on parle sur Internet, l’exposition devient mondiale et que ses propos pouvaient déranger, choquer. »

Ainsi s’exprime pour lassociation e-enfance, Samuel Comblez, directeur des opérations.. L’association a eu Mila plusieurs fois au téléphone depuis samedi.

Après de violents propos anti-Islam tenus dans une vidéo publique publiée sur Instagram, Mila, jeune lycéenne de Villefontaine, en Isère, est la cible de graves menaces de mort, passibles de 3 ans de prison et de 45 000 € d’amende.

Lorsque l’on lit la polémique déclenchée sur les réseaux sociaux et dans les médias par les propos imprudents de Mila, à preuve ceux de la Ministre de la Justice elle-même, qui rétropédale par rapport à sa déclaration initiale, il n’est pas question de nous prononcer sur le fond de l’affaire. Si, peut-être pour pointer la déclaration  d’Abdallah Zekri, délégué général du Conseil français du culte musulman (institution ayant vocation à représenter les musulmans auprès de l’État français) face aux propos d’une gamine de 16 ans et rappeler que le délit de blasphème n’existe plus dans notre droit depuis la loi du 29 juillet 1881 relative à la liberté de la presse et … nous ne sommes pas sous le régime de la Charia. Capture

Non, il s’agit une fois encore de dénoncer l’utilisation inconsciente faite des réseaux sociaux, notamment par les jeunes.

Malheureusement ils ne mesurent pas les conséquences de propos, de photos, envoyés sur les réseaux sociaux. « Ce n’est pas grave j’ai envoyé seulement à une amie sur son compte personnel » On entend souvent cela. Sauf que l’amie, quand elle n’est plus amie, ne se gène pas pour que la photo passe de smartphone en smartphone comme une vague qui enfle et que l’on ne maîtrise plus.

Vivre l’Yonne a déjà évoqué à plusieurs reprises le harcèlement dont sont trop souvent victimes les jeunes. Le harcèlement fait des dégâts. Aujourd’hui s’y ajoute cette arme implacable, l’impunité et surtout l’anonymat des réseaux sociaux. Réseaux sociaux, ou tout simplement internet et par exemple la plage d’expression possible avec les commentaires de nos articles, commentaires souvent abjects. Répugnants ils ne sont pas publiés bien sûr, mais on sent l’intention de nuire à ceux à qui ils s’adressent. Ce n’est pas agréable du tout, mais c’est ce que veulent les courageux anonymes .

Enseignants, bravo aussi.

Les enseignants n’ont pas abandonné les enfants durant cette période de confinement !

Beaucoup d’enseignants, professeurs des écoles, des collèges, des lycées se sont fortement impliqués pour mettre en place des relations avec leurs élèves confinés pour assurer tant bien que mal la continuité pédagogique. Ils méritent aussi notre reconnaissance.

Un exemple de dispositif numérique :

Marlène Monguillon, professeure des écoles, dans une école de la région parisienne met en place un dispositif pour assurer la continuité pédagogique de sa classe.

> Lire la suite