Santé

maladie d’Alzheimer

La maladie d’Alzheimer, un article sera disponible sur cette page.

En attendant nous vous proposons ci dessous la vidéo d’un documentaire « la mémoire qui flanche » Trophée d’or au festival Deauville Green Award 2019 —

Outre d’informer en réel des dégâts de la maladie, c’est un hommage au personnel soignant d’un Ehpad qui en la circonstance, le mérite bien.

« En septembre 2018, J’ai décidé de filmer ma grand-mère, Annie, 96 ans, atteinte de la maladie d’Alzheimer…

 

 

syndrome du choc toxique

une-choc-toxique Tampon hygiénique  et le  syndrome du choc toxique.

Les jeunes filles qui lisent pour la première fois la notice d’utilisation d’un tampon hygiénique ont de quoi s’inquiéter en découvrant un risque baptisé syndrome du choc toxique.

Le lundi 20 janvier 2020, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail a publié des résultats d’évaluation supplémentaires sur l’expertise qu’elle a menée en 2018 concernant la sécurité des protections intimes. Selon l’agence, il est nécessaire de renforcer la sensibilisation des femmes et des professionnels de santé sur le risque de syndrome du choc toxique menstruel (SCT).

Le syndrome du choc toxique fait des victimes > Lire la suite

DMLA, maladie de la vieillesse

DMLA une maladie qui apparaît avec l’âge.

La dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) est une perte progressive de la vision centrale qui touche les personnes de plus de 50 ans. DMLA-du-diagnostic-au-traitement-comment-agir-pour-votre-vue_newsdetailIl s’agit de la première cause de handicap visuel passé cet âge, et le nombre de personnes touchées devrait augmenter à l’avenir en raison de l’allongement de l’espérance de vie.

DMLA : les signes d’alerte.

Dans certains cas, la DMLA peut évoluer plusieurs mois sans que le patient ne s’en rende compte. L’apparition ou l’aggravation d’un ou de plusieurs des signes suivants impose une consultation en urgence auprès d’un médecin ophtalmologiste : > Lire la suite

Le rire une thérapie

Le rire une fonction « médicale » et sociale pour un début 2020 morose

Le rire permet d’oxygéner l’organisme, de réduire les tensions musculaires, de masser les côtes en plus de faire travailler le diaphragme. Cela favorise entre autres l’élimination des résidus présents dans les poumons et augmente la capacité respiratoireLe rire. Il semble que le fait de rire – que ce soit drôle ou non – pourrait contribuer à soigner toutes sortes de problèmes. C’est ce que nous lisons sur passeport santé.

Le rire exerce avant tout une fonction sociale, ce qui pourrait expliquer en partie son importance dans l’équilibre psychologique des personnes. Les individus ayant un plus grand sens de l’humour seraient mieux adaptés socialement et plus « séduisants » (ce ne serait pas une blague!) > Lire la suite

Mois sans tabac.

smoking-3365285__340
Fini. C’est du passé.

Mois sans tabac c’est novembre.

Depuis 2016, Novembre est devenu le mois sans tabac, à l’initiative de Marisol Touraine , la Ministre de la Santé de l’époque.

Les fumeurs vont pouvoir, cette année encore, relever le défi de se passer de tabac pendant un mois entier à partir du 1er novembre pour essayer de cesser complètement de fumer. 

Home-MST
Avec l’aide de TABAGIR.

En 2018, le mois sans tabac, on pourrait dire le MOI sans tabac, c’est presque 242 600 inscrits contre 160 000 en 2017. Par conséquent près de 581 000 Français ont tenté d’arrêter de fumer depuis 2016.

Selon les données publiées dans le Baromètre santé 2017, environ 20 % de ceux ayant essayé d’arrêter de fumer étaient toujours abstinents six mois plus tard. Ce qui représente environ 116 000 ex-fumeurs. > Lire la suite

Le renoncement aux soins

Le renoncement aux soins n’est pas une vue de l’esprit.

En France, et dans notre département, 25 % des assurés renoncent à se faire soigner.

On trouvera plusieurs raisons à ce renoncement aux soins. Bien sur on pointe le manque de moyens financiers, malgré la mise en place de la CMU, notamment pour les appareillages dentaire, d’optique et auditif.

Mais apparaît aussi le manque de proximité géographique. Dans le sondage réalisé auprès de 29000 personnes dans 19 caisses, il était ressorti que près de 20% des personnes interrogées avaient renoncé à se soigner par manque de médecins à une distance raisonnable de leur domicile, situation largement aggravée quand on parle de spécialistes. Ce manque de médecins touche déjà plutôt les personnes âgées et cela n’ira pas en s’arrangeant. C’est d’ailleurs ce qui a conduit l’association Générations Mouvement de l’Yonne qui représente les Séniors à mener une enquête sur la Mobilité des Séniors en partenariat avec le Conseil Départemental. > Lire la suite

La Ligue contre le cancer.

La Ligue contre le cancer est d’abord internationale.

Justin Godart, après avoir été sous-secrétaire d’État à la Santé entre 1915 et 1918, fonde la Ligue franco-anglo-américaine contre le cancer le 14 mars 1918. L’association est reconnue d’utilité publique le 22 novembre 1920 et devient en 1927 la Ligue française contre le cancer. L’international reste un enjeu majeur pour Justin Godart qui crée dès 1935 l’Union internationale contre le cancer (UICC). A ses débuts, l’UICC fédère 43 pays, elle en rassemble aujourd’hui 160.

La Ligue contre le cancer, ses buts :

La Ligue déploie rapidement ses actions autour de quatre piliers :

  • l’aide aux malades,

  • le soutien à la recherche,

  • la prévention et

  • la sensibilisation auprès des décideurs politiques.

Aujourd’hui, la Ligue est centenaire.imagesSes objectifs restent les mêmes, faisant de la Ligue contre le cancer la seule association qui lutte sur tous les fronts de la maladie : avant, pendant et après le cancer.

La Ligue contre le cancer se démultiplie en France et dans l’Yonne.

En 1922, la création des premiers Comités provinciaux marque un tournant fort dans l’évolution de l’association. Le maillage territorial de la Ligue, au travers de ses 103 Comités départementaux reste aujourd’hui une de ses forces. Les Comités, autonomes, gardent des liens forts avec la fédération nationale. > Lire la suite

Ondes électromagnétiques, vrai sujet.

 Ondes électromagnétiques, mal du progrès ?

Des personnes souffrent de divers symptômes lorsqu’elles sont en pLinkyrésence d’ondes électromagnétiques(hyper-sensibilité électromagnétique) telles celles émises par les, antennes-relais, box internet, fours micro-ondes, téléphones portables, ampoules basse consommation …. et autres compteurs Linky.

Sciences Avenir se fait l’écho de témoignages semblant accréditer clairement les effets néfastes chez certaines personnes de ces ondes :« J’ai commencé à ressentir les premiers symptômes d’électro-hypersensibilité en 2008, lorsque j’ai emménagé dans un nouvel appartement : je ressentais une grosse fatigue, des troubles de la concentration et de la mémorisation, des troubles de la digestion, de l’irritabilité »

Si beaucoup se montrent rassurants en arguant que les ondes n’auraient aucun effet sur la santé, les organes officiels invitent à minima à adopter le principe de précaution. > Lire la suite

usager de l’hôpital vous n’êtes pas seul.

Usager de l’hôpital, vous êtes un patient mais avant tout un citoyen.

L’usager qui effectue un séjour dans un établissement de santé bénéficie d’un certain nombre de droits garantis par une charte. Une version résumée de la charte doit être intégrée au livret d’accueil qui lui est remis.

La charte de la personne hospitalisée  présente l’ensemble des droits du patient accueilli et doit être appliquée dans tous les établissements de santé (hôpitaux, cliniques…).

Un résumé des principaux droits doit être intégré au livret d’accueil remis lors de chaque admission.

Les établissements doivent assurer une large diffusion de cette charte ou de son résumé (affichage dans les lieux de passage, dans les chambres…).

L’usager n’est pas toujours bien informé de ses droits. Pourtant il existe des associations pour l’aider à exercer ses droits et se défendre. Ces associations ont créé France Assos Santé. > Lire la suite

Surmédication des Séniors danger.

Surmédication et bon usage du médicament: un enjeu de santé publique

Les médicaments sont une chance pour les patients: ils soulagent, guérissent, prolongent la vie, la surmédication, non.

Mauvais dosage, mauvaise prise, non-respect du traitement prescrit, interaction entre plusieurs médicaments…les causes d’un accident lié à un médicament sont diverses et les conséquences loin d’être anodines.

index2

Ces accidents liés au médicament sont responsables chaque année de plus de 10 000 décès (3 fois plus que  les accidents de la route), mais aussi plus de 130 000 hospitalisations et près de 1,3 million de journées d’hospitalisation. Dans 45 à 70 % des cas ils seraient évitables!

C’est un problème de santé publique reconnu et bien documenté mais sans avancées majeures depuis de trop nombreuses années.
> Lire la suite